Conseils d'affaires des partenaires de l'AFEQ

Paru le 24 avril 2017

Accueil » Conseils d'affaires » Erreur fréquente dans les écrits d’affaires : commencer...

Erreur fréquente dans les écrits d’affaires : commencer par la fin

Commencer par la fin, surtout dans les courriels, c’est oublier d’informer notre lecteur dès le départ pourquoi on lui écrit et à quel sujet.

On commence par la fin, lorsque l’on fait une longue mise en contexte et qu’on submerge notre lecteur d’informations. On se donne bonne conscience en lui offrant tous les renseignements que l’on juge importants et pertinents. Mais importants et pertinents, mais pour qui au juste? Pour nous ou pour notre destinataire?

Une vraie introduction sert à situer notre lecteur sur l’objectif de notre texte ou courriel ainsi que le sujet que l’on veut aborder.

Une vraie introduction ressemble à ceci :

  • Je vous écris afin de vous présenter un nouveau service qui risque de vous intéresser, car il offre une solution simple à la gestion de vos opérations quotidiennes.
  • Comme convenu, je vous transmets l’estimation de coût pour les travaux d’aménagement que vous songez à faire à votre résidence du 546, 116e Avenue.
  • Nous vous invitons à lire attentivement les lignes qui suivent, car elles contiennent une offre exclusive que nous proposons à nos clients de longue date.

Une vraie introduction est un court paragraphe ou une simple phrase. Les explications, détails et informations supplémentaires (utiles à savoir pour le lecteur) viennent ensuite, dans le deuxième paragraphe.

Ce petit détail vous aidera à être lu au complet et à être compris à la première lecture!

Bonne rédaction!

« En affaires, soigner ses écrits n’est jamais une erreur. L’inverse est moins sûr. »

Sandra Gravel, réd. a.

Info@sandragravel.com

www.sandragravel.com

Écrits d’affaires Sandra Gravel

En vente au www.sandragravel.com/boutique/, en format papier ou numérique.